L'embellie de l'activité sera-t-elle durable ?

publié le 25/07/2017

Au 2e trimestre 2015, les ventes de logements ont repris en Ile-de-France. Ce rebond de l’activité permet au 1er semestre 2015 de s’achever sur un rythme nettement plus dynamique que l’an dernier, dans un marché plus fluide grâce au niveau des taux d’intérêt et à des négociations plus faciles entre acquéreurs et vendeurs. En effet, les prix ont continué de s’éroder lentement au 2e trimestre. Mais cette amélioration de l’activité, qui s’est prolongée dans l’été, s’accompagne désormais de quelques tensions sur les prix qui viendraient gommer l’érosion des valeurs de ce début d’année. Les fragilités du marché perdurent donc et laissent des perspectives incertaines.

Cliquer ici pour consulter le dossier de presse numérique

Net rebond des ventes

L’amélioration du 2e trimestre a plus que compensé un début d’année maussade

Encore figé en ce début d’année, le marché a retrouvé du dynamisme au printemps 2015. Dans l’ancien, au 2e trimestre 2015, environ 37 300  logements ont été vendus, en hausse de 20% par rapport au 2e trimestre 2014. Cette progression des ventes de logements anciens permet  de retrouver un volume de ventes proche de ce que l’on enregistrait en moyenne dans ces dix dernières années (+3%), mais encore  sensiblement en dessous (-11%) des ventes constatées pendant la période de haute activité du marché. Le rebond, très généralisé, s’étend à tous les secteurs géographiques et il bénéficie aussi bien aux appartements qu’aux maisons.

Au final, et malgré un 1er trimestre médiocre, le bilan du 1er semestre 2015 est bien orienté, avec une amélioration du nombre de ventes de  9% représentant 5 400 ventes de logements supplémentaires en Ile-de-France dans l’ancien par rapport au 1er semestre 2014.

L’offre et la  demande se sont rencontrées plus facilement dans un contexte de taux d’intérêt historiquement faibles.

Comme annoncé dans nos précédents communiqués, le printemps 2015 a été favorable à l’activité. Le marché a retrouvé de la fluidité grâce à un faisceau de facteurs favorables.

Après 3 ans de baisse modérée et continue des prix, les acteurs du marché n’attendent plus d’effondrement des valeurs. Ils ont donc rouvert les négociations, dans un climat plus serein.

D’un côté, les acquéreurs indécis, motivés par le niveau exceptionnellement bas du taux des crédits à l’habitat et des anticipations de hausses, se sont mobilisés pour réaliser rapidement leur acquisition. D’un autre côté, certains vendeurs, restés jusqu’à présent campés sur leur position, ont accepté les baisses de prix. Les notaires observent donc que l'offre s'est réduite et que l'accroissement de la demande a conduit à réduire l'offre qui est structurellement très faible en Ile-de-France.

VIDÉO | Bilan du marché immobilier francilien au 2e trimestre 2015, par Me Thierry DELESALLE, Notaire à Paris

(C) Photo : Chambre des Notaires de Paris | Mathieu Crône

publié le 25/07/2017
A télécharger
Télécharger le dossier de presse (2e trimestre 2015)
Télécharger la présentation faite au cours de la conférence de presse